Le journalisme est un bien public: tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias

Un nouveau rapport de l’UNESCO, examinant les tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias de 2016 à 2021, souligne la menace existentielle que les réseaux sociaux font désormais peser sur la survie des médias d’information professionnels. Au cours des cinq dernières années, le public et les revenus publicitaires ont tous deux migré en grand nombre vers les plateformes Internet.

Selon ce rapport, Google et Meta/Facebook absorbent désormais environ la moitié de l’ensemble des dépenses publicitaires numériques mondiales, tandis que ces cinq dernières années, les recettes publicitaires mondiales perçues par les journaux ont diminué de moitié.

La pandémie de COVID-19 a aggravé la crise de l’information

La pandémie a amplifié les tendances déjà à la baisse des recettes publicitaires, ainsi que les pertes d’emplois et les fermetures de salles de presse. Le rapport de l’UNESCO cite des données issues de l’International Center for Journalists [Centre international des journalistes] qui révèlent que deux tiers des journalistes sentent que leurs emplois sont plus précaires en raison des pressions économiques liées à la pandémie.

En cas de pandémie, le journalisme, en particulier le journalisme d’investigation, est un service de première ligne qui permet de sauver des vies. Alors que les fausses informations liées à la pandémie de COVID-19 se sont rapidement répandues sur les réseaux sociaux, les fermetures de salles de presse et les suppressions d’emplois dans ce secteur ont laissé un grand vide dans le paysage médiatique, en particulier dans les pays du Sud. Selon le COVID19 Infodemics Observatory [Observatoire de l’infodémie liée à la COVID-19], une initiative de la Fondazione Bruno Kessler [Fondation Bruno Kessler], plus d’un million de messages contenant des informations inexactes, peu fiables ou trompeuses sur la pandémie ont circulé sur Twitter en septembre 2020.

Des journalistes attaqués de toutes parts

Cette crise économique survient également à un moment où la sécurité des journalistes est de plus en plus menacée, non seulement par des gouvernements et des groupes criminels, mais aussi par des lobbies privés et par certains citoyens, qui dotés d’une assurance toujours croissante, profèrent des insultes et lancent des attaques en ligne.

  • Impunité face aux meurtres : De 2016 à fin 2021, l’UNESCO a recensé les meurtres de 455 journalistes, décédés soit en raison de leur travail, soit pendant leur travail. Près de neuf meurtres sur dix ne sont toujours pas résolus. À l’échelle mondiale, le taux d’impunité pour les meurtres de journalistes alimente un cycle de violence et a un effet dissuasif sur l’ensemble des journalistes.
  • La violence en ligne massive à l’encontre des journalistes est une autre tendance nouvelle et en pleine évolution. Elle touche de manière disproportionnée les femmes journalistes du monde entier. Une étude de l’UNESCO (en anglais) menée en 2021, a révélé que plus de sept femmes journalistes interrogées sur dix avaient subi des violences en ligne. Un cinquième d’entre elles ont déclaré avoir subi des violences hors ligne en lien avec des menaces en ligne.
  • Les attaques menées contre les journalistes couvrant des rassemblements publics, des manifestations et des émeutes ont également atteint une fréquence inquiétante : de janvier à août 2021, l’UNESCO a recensé de telles attaques dans au moins 60 pays de toutes les régions du monde. Depuis 2015, au moins 13 journalistes ont été tués alors qu’ils couvraient des manifestations.

Dans de nombreux pays, les lois ne protègent pas suffisamment les journalistes contre ces menaces. Et, dans certains cas, le cadre juridique augmente même les risques qu’ils encourent. Depuis 2016, 44 pays ont adopté ou modifié de nouvelles lois contenant des termes vagues ou des sanctions disproportionnées pour des actions telles que la diffusion de « fausses informations », de « rumeurs » ou de « cyber-diffamation », ce qui conduit à l’autocensure.

Dans 160 pays, la diffamation est toujours une infraction pénale. Lorsque la loi sur la diffamation est pénale, plutôt que civile, elle peut être utilisée comme motif d’arrestation ou de détention, ce qui a pour effet de museler les journalistes. Les données du Committee to Protect Journalists [Comité pour la protection des journalistes] montrent que 293 journalistes ont été emprisonnés en 2021, soit le total annuel le plus élevé depuis 30 ans.

L’UNESCO appelle les gouvernements à prendre des mesures politiques dans trois domaines clés afin de protéger les médias indépendants et la sécurité des journalistes :

  1. Soutenir la viabilité économique des médias d’information indépendants tout en respectant l’autonomie professionnelle des journalistes. Les gouvernements peuvent, par exemple, offrir des avantages fiscaux aux organes d’information indépendants, d’une manière qui soit équitable, transparente et qui ne compromette pas l’indépendance éditoriale.
  2. Développer l’éducation aux médias et à l’information, pour apprendre à tous les citoyens la différence entre des informations fiables et vérifiées et des informations non vérifiées, et encourager le public à s’informer auprès de médias indépendants.
  3. Promulguer ou réformer des lois sur les médias afin de soutenir la production d’informations libres et pluralistes, conformément aux normes internationales sur la liberté d’expression, notamment l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

 

Consulter en ligne ou télécharger 

Version arabe : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000379826_ara

Version française : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000379826_fre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur email